La double-pensée

            « Winston laissa tomber ses bras et remplit lentement d’air ses poumons. Son esprit s’échappa vers le labyrinthe de la “doublepensée”. Connaître et ne pas connaître. En pleine conscience et avec une absolue bonne foi, émettre des mensonges soigneusement agencés. Retenir simultanément deux opinions qui s’annulent alors qu’on les sait contradictoires et croire à toutes deux. Employer la logique contre la logique. Répudier la morale alors qu’on se réclame d’elle. Croire en même temps que la démocratie est impossible et que le Parti est gardien de la démocratie. Oublier tout ce qu’il est nécessaire d’oublier, puis le rappeler à sa mémoire quand on en a besoin, pour l’oublier plus rapidement encore. Surtout, appliquer le même processus au processus lui-même. Là était l’ultime subtilité. Persuader consciemment l’inconscient, puis devenir ensuite inconscient de l’acte d’hypnose que l’on vient de perpétrer. La compréhension même du mot « doublepensée » impliquait l’emploi de la doublepensée »

Selon le principe de la doublepensée, il doit être possible de croire deux choses que l’on sait contradictoires. Il faut même aller plus loin : les individus doivent ajuster leur pensée aux décrets du parti, c’est-à-dire qu’ils ne doivent pas les croire mais les penser d’eux-mêmes. Ainsi, si le parti affirme qu’un événement a eu lieu, il ne doit pas être cru et accepté de la population mais pensé et les individus doivent ajuster leurs souvenirs afin de penser qu’ils ont  agi d’une certaine manière dans le passé. Cela justifie par avance toutes les manipulations du système car elles sont naturellement acceptées par la population du fait de la “doublepensée”.


C’est donc le parti qui est à l’origine de la “doublepensée”, outil indispensable au régime totalitaire poussé à l’extrême existant en Océania.

Le fait que quelque chose soit vrai ou faux ne dépend pas de son rapport à la réalité mais de sa conformité avec la ligne de pensée du système, c’est le principe de la “doublepensée”.

Exemple de double pensée :

Canelangue → qualifiant un opposant, un membre orthodoxe du parti.

Crimepensée → terme qui regroupe tous ce qui est en rapport avec la liberté d’expression et de pensée.

Miniver → Ministère de la vérité, qui est en fait celui de la propagande.

Exemple du mot bon qui regroupa plusieurs autre adjectifs qualificatifs :

 Bon → Bon

Plusbon → Très bon.

Doubleplusbon → Excellent.

Inbon → Pas bon, mauvais.

Plusinbon → Vraiment pas bon, très mauvais.

Doubleplusinbon → Détestable.

AdminLa double-pensée